M. Cabanne – 3A – résumé II. Une guerre d’une violence extrème.

I. Une guerre d’une violence extrême.

      A. Violences envers les militaires et les civils.

Guerre d’anéantissement en Europe et en Asie : guerre qui a pour objectif de détruire l’adversaire, sans distinctions entre militaires et civils.

 

  1. Violences militaires (voir exercices bataille de Stalingrad en URSS).

Combats d’une violence terrible, maison par maison, usage massif des armes, exécution des prisonniers dans des conditions terribles (froid, manque de nourriture…).

  1. Violences contre les civils.

Populations subissent les bombardements massifs (Londres en 1940, Dresde en 1943). Bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki en août 1945 (voir exercices).

Pillage des ressources, déportations, massacres, extermination de certaines catégories de personnes (voir le III).

Les résistances s’organisent contre l’ennemi : sabotages, refus d’obéir, aide aux personnes pourchassées …

M. Cabanne – 3A – cours Front populaire

I. Les crises en France dans les années trente.

 A. Crise économique.

A partir de 1931, la France est touchée par une crise économique mondiale partie en 1929 des Etats-Unis. Les productions s’effondrent et le chômage augmente très rapidement.

  B. Crise politique.

Les ligues (organisations d’extrême droite aspirant à un pouvoir autoritaire) se développent; elles sont antiparlementaires (contre le régime parlementaire), antisémites et xénophobes (contre les étrangers).

Le 6 février 1934, elles organisent à Paris une manifestation qui tourne à l’émeute.

Les partis de gauche craignant une tentative de coup d’Etat forment une alliance: le Front populaire (SFIO, parti communiste, parti radical). Cette alliance remporte les élections législatives en mai 1936 et Léon BLUM (chef de la SFIO) devient président du conseil (= Premier ministre).

II. Le Front populaire (1936-1938).

     A.  Les mesures du Front populaire.

  • augmentation des salaires, reconnaissance du droit syndical, mise en place de conventions collectives dans les entreprises (Accords de Matignon, juin 1936).
  • lois sociales votées par le Parlement: 2 semaines de congés payés, semaine de travail de 40 heures, scolarité obligatoire jusqu’à 14 ans.
  • dissolution des ligues.